Utilisez la cigogne pour naviguer !

LA TECHNIQUE DU CHÂSSIS POUTRE

Le châssis grand modèle {vue de dessous} - Archives © DB

 

Il équipe les premiers modèles type N3 et N3A écrémeuses. Après de légères modifications, il est utilisé pour les modèles N3, N3A, N3A600, N3AS, N3AL, N3R et N3AR. Elément indissociable du réservoir qui avec l’intermédiaire de haubans en acier fraisé permettent la conception de la partie cycle, un ensemble unique, rigide, compact et réactif. Il permettra à la légende M.G.C de parvenir jusqu'à nous.

De gauche vers la droite, Ce châssis permet le maintien de la roue arrière, le support de la boite de vitesse, le réservoir d’huile, le répartiteur de freinage, la fixation du moteur ainsi que le carter de transmission primaire étanche. La béquille centrale vient s’intégrer aux parties creuses des deux bras. Sept fonctions mécaniques essentielles qui feront la réputation des machines de Marcel GUIGUET, « la motocyclettes de l’élite ». 

Les bras arrière, supports de la roue sont creux. La capacité du réservoir d’huile est de 3,7 litres, une pompe coup de poing plonge dans ce dernier afin de graisser les chaînes, primaire et secondaire. La platine support de boîte de vitesses, est une semelle fraisée, elle permet au boîtier de se déplacer latéralement de façon à régler la tension de la chaîne primaire.

Le répartiteur de freinage simple et efficace est étanche. Le dosage entre frein avant et arrière est réglable par l’intermédiaire de deux poulies à gorge. La tringle du mécanisme arrière emprunte un passage spécifique qui traverse la partie antérieure du châssis, quant à celui de l’avant, il est dissimulé sous la poutre avant droite qui maintient le moteur.

Le châssis grand modèle {vue côté droit}  - Archives © DB

Le châssis petit modèle {vue côté droit}  - Archives © DB

Il équipe les modèles N3B, N3L, N3BL, N3LL et N3BR. Comme son grand frère, il a les mêmes fonctions mécaniques sauf celle du répartiteur de freinage. Un modèle différent muni d’oreilles de fixation plus grandes {*} équipe le modèle  350 cm3. La boîte à vitesses est oscillante et permet la tension de la chaîne primaire, et s’intègre parfaitement à la structure du châssis, de marque Burman ou Sturmey Archer. La capacité du réservoir d’huile est de 2,8 litres. La béquille centrale s’adapte parfaitement à la partie inférieure du châssis.

{*} Equipe les modèles N3L, N3LL, N3R et N3BR.

 

Il est fabriqué par les forges de Montupet, c’est le deuxième élément génial de Marcel Guiguet. Comme les châssis, il possède plusieurs fonctions mécaniques. Bien sûr celle de réservoir d’essence d’une capacité de 15 litres, la colonne de direction s’intègre à l’avant ou deux cuvettes de roulements y trouvent leur place.

Un total de sept fonctions mécaniques différentes  - Archives © JJB

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un célèbre et très complet tableau de bord accentue le coté luxueux de tous les modèles, la partie gauche du tableau permet à la jauge d’essence de plonger vers le fond. La partie arrière sert de support de selle et de fixation du haubanage ou du porte-bagages. Un passage pour les câbles de commande traverse le réservoir.

La poutre maîtresse : le réservoir d’essence {vue de dessus}  - Archives © DB

L’emplacement incurvé est prévu pour laisser le passage au boitier de culbuteur. Le réservoir est maintenu en trois points, avant, central et arrière.

 

le sigle « FM » pour Forge de Montupet - Archives © JJB

 

On remarque la fonderie spécifique à la fixation du levier de vitesse à main, un épaulement sous la colonne de direction prévue pour la butée du frein de direction, la sortie du robinet d’essence.

La poutre maitresse : le réservoir d’essence {vue de dessous}  - Archives © DB

 

Ici sur un modèle N3AS, équipé d'un moteur J.A.P de 500 cm3 simple échappement à carter sec. Pour loger la boîte de vitesses Burman à pied, le châssis est modifié au niveau du boitier de freinage.

Le réservoir est maintenu en trois points, avant, central et arrière  - Archives © DB

 

 

 

La poutre avant droite est sectionnée afin de permettre le passage du système de graissage. Cet emplacement est néanmoins renforcé à l’aide d'entretoises de maintien. On apprécie la discrétion de la béquille centrale qui vient se loger à l’intérieur du châssis.

Assemblage des deux éléments {avec un grand châssis}  - Archives © DB

 

 

 

809 M correspond au numéro de fonderie, le sigle central estampillé "MC", Montupet & Cie (forges de Montupet). C'est Antonin Montupet qui crée l'entreprise spécialisée dans la fonte du bronze et du cuivre (fonderie de bronze et cuivre de Montupet). Ses fils Léon et Michel lui succèdent en 1899 (Montupet et fils). Après la guerre, elle devient société Montupet et Cie, puis société anonyme des fonderies Montupet.

Aujourd'hui l'entreprise est spécialisée dans la  fabrication industrielle des composants en aluminium  pour l'industrie automobile ( Montupet S.A.).

 

809 M correspond au numéro de fonderie - Archives © JJB

 

Châssis première génération - Archives © JJB

En voici le projet initial de 1929, châssis et réservoir qui équipent les premières N3, N3A et N3B. On note sur ce schéma qui s'agit du châssis première génération car dépourvu de nervures de renfort sur les bras arrière.