CHAPITRE XVI - 1935 - L'ARME ABSOLUE

Le moteur M.G.C quatre cylindres - Archives © CL

 

Voir le brevet d'application du moteur à explosion polycylindre.

Nous sommes en 1935, Marcel Guiguet voit-il la guerre arrivée ? Il va proposer ses motocyclettes au ministère de la guerre. Les finances de la M.G.C sont au plus bas, il tente le tout pour le tout et n'a qu'une seule idée en tête, assainir au plus vite les comptes de la société. Mais Marcel Guiguet se verra refuser ce projet, car les motocyclettes destinées au Service de l’armée doivent être des motocyclettes de fabrication entièrement française. Les M.G.C sont équipées d'accessoires provenant d'Angleterre (moteur, boîte de vitesses, fourche, accessoires etc.)

Le bilan financier est au plus bas. Marcel Guiguet, travailleur insatiable va mener à terme deux nouveaux projets : une suspension arrière adaptable aux châssis M.G.C et la réalisation d'un moteur quatre cylindres. Pour la conception et la réalisation de ce moteur, il est épaulé par Mr Gramusset ainsi que son neveu, jeune élève ingénieur. Ce moteur est un quatre cylindres longitudinal de type inversé (suivre le lien ci dessus pour consulter le brevet). Les quatre cylindres de ce nouveau moteur sont situés en dessous de l’arbre du vilebrequin, culasse en bas. Le cache culbuteurs fait office de carter d’huile. Le vilebrequin entraîne au moyen d’une chaîne duplex un pignon solidaire de l’arbre à cames et de l’embrayage. La boîte de vitesses est à trois rapports et la transmission finale est assurée par un arbre de transmission à couple conique. On ne peut qu’imaginer la complexité de tels choix techniques. Le dessin de ce moteur évoque immanquablement l’aviation.

 

Marcel Guiguet s’adresse à Pierre Collignon, qui va s’installer à Fontaine comme fondeur, est un homme au cerveau toujours en ébullition, prompt aux idées nouvelles, qui est séduit par ce projet audacieux. Les deux hommes se connaissent déjà, car M. Pierre Collignon est l'heureux possesseur d’une M.G.C. N.3.BR de 250 cm3 à moteur JAP racing (confirmé par l’inventaire de la S.A.R.L.). Pierre Collignon fait réaliser le moule du moteur de Marcel Guiguet chez Sam Bichoff à Seyssinet-Pariset, et le fait couler par les forges de Montupet.

Le moteur est monté dans une partie cycle double berceau tubulaire, seul le réservoir-poutre est conservé. Le prototype sera attelé à un side-car mais la mise au point est longue et délicate ! Trop longue, trop complexe, trop chère, certainement un tout qui fera que ce projet ne sera jamais achevé.

Une nouvelle option apparait, c'est la boîte de vitesses quatre rapports. Elle est proposée sur l'ensemble des modèles mis à part la N3C et les modèles tourismes qui eux restent équipés de boîtes trois vitesses. 

La N34 à Corbelin après restauration - Archives © CL

 

 

Le cadre double berceau de Marcel Guiguet s'adapte parfaitement au réservoir poutre - Archives © CL

1935 : Le catalogue de la S.A.R.L. M.G.C

La production 1935 est identique à celle de 1934.

La 4 cylindres" reste à l'état de prototype, et n'apparait pas catalogue.

Type

Moteur

Cyl

Cv

Nb de Vit

N° de série

N3

JAP Culbuté

350 cm3

4

3/4

1000

N3A

JAP Culbuté

500 cm3

5

3/4

300

N3AS

JAP Culbuté

500 cm3

5

3

300

N3B

JAP Culbuté

250 cm3

3

3/4

100

N3BL

JAP Latéral

250 cm3

3

3

100

N3C

CHAISE

350 cm3

4

3

500

N3L

JAP Latéral

350 cm3

4

3/4

1000

N3LL

JAP Latéral

350 cm3

4

3

1000

N3AL

JAP Latéral

500 cm3

5

3

300

N3BR JAP RACING 250 cm3 3 4 100
N3R JAP RACING 350 cm3 4 4 1000
N3AR JAP RACING 500 cm3 5 4 300
N3A600 JAP Culbuté 600 cm3 6 3/4 300
N34 M.G.C Culbuté 500 cm3 5 3 N°x
N34 M.G.C Culbuté 600 cm3 6 3 N°x
N34 M.G.C Culbuté 750 cm3 6 3 N°x

 

1935 : Le palmarès

Vainqueur du circuit de l'Isère en catégorie 250 cm3

 1935, N3 au bureau de douane Suisse au grand saint Bernard - Archives © DB

 

 

Prochainement: Marcel Guiguet a 34 ans et observe l'évolution de la motocyclette en France en 1935.