CHAPITRE XV - 1934 - 1935 - L'APOGEE.

L'année 1934, reste délicate. La conjoncture difficile de 1933 s'accroit, les prix baissent et Marcel Guiguet décide de remanier entièrement sa gamme. Là d'autres constructeurs ont baissé les bras, l'année 1934 est l'apogée de la production M.G.C.

Le modèle N3C est équipé de la nouvelle culasse "Artic" à double échappement. Son prix est de 4300 Frs. C'est la naissance de la N3BL équipée d'un moteur J.A.P de 250 cm3 à soupapes latérales, qui est proposée à 3 950 Frs. Le modèle N3A600 à moteur J.A.P. culbuté de 600 cm3 type "grand tourisme sport" est à la vente pour 7 500 Frs.

Les modèles "usine" apparaissent au catalogue. C'est la naissance de la gamme "Racing". Equipée d'un petit châssis spécial, la N 3BR type « Circuit du Dauphiné » de 250 cm3 est à la vente à 8 200 Frs.

Dans la série grand châssis, naissent les N 3R de 350 cm3 et  N3AR de 500 cm3. Toutes les machines de courses bénéficient d’une boîte de vitesses Sturmey-Archer TT spéciale à sélecteur à pied et d’un carburateur AMAL TT.

Seuls les modèles des gammes « Grand Tourisme - Sport », « Sport » et « Racing » peuvent bénéficier en option d’une boîte de vitesses à quatre rapports.

 

Le prototype de la N3AR équipée tourisme, éclairage, silencieux d'échappement  - Archives © DB

 

 

 

La quatre cylindres tel que l'imagine Marcel Guiguet en 1935  - Archives © DB

 

En 1935 le ministère de la guerre recherche des fournisseurs. L'armée de terre doit se doter de matériel supérieur. Pour ce projet, Marcel Guiguet va remettre en route un vieux projet qui date de 1920. Il s'agit d'un moteur entièrement conçut et produit par la M.G.C. Ce marché qui doit équiper notre armée, spécifie clairement que les motocyclettes doivent être de fabrication entièrement française, ce qui n'est pas le cas des M.G.C puisque de nombreux éléments sont d'origine d'outre manche : fourche, boîte vitesses, accessoires ...

Comme son oncle François, Marcel Guiguet reste très productif. Il va concevoir une suspension arrière de type cantilever adaptable à ses châssis. Mais surtout, son projet certainement le plus fou, la conception d'un moteur quatre cylindres, il est épaulé sur ce projet par M. Gramusset et son neveu Albert. C'est Pierre Collignon qui finance une grande partie du projet.

 

1934/1935 : Le catalogue de la S.A.R.L. M.G.C

La production en 1934/1935 s'enrichie de six nouveaux modèles.

L'option boîte 4 vitesses est proposée sur certain modèle.

Type

Moteur

Cyl

Cv

Nb de Vit

N° de série

N3

JAP Culbuté

350 cm3

4

3/4

1000

N3A

JAP Culbuté

500 cm3

5

3/4

300

N3AS

JAP Culbuté

500 cm3

5

3

300

N3B

JAP Culbuté

250 cm3

3

3/4

100

N3BL

JAP Latéral

250 cm3

3

3

100

N3C

CHAISE

350 cm3

4

3

500

N3L

JAP Latéral

350 cm3

4

3/4

1000

N3LL

JAP Latéral

350 cm3

4

3

1000

N3AL

JAP Latéral

500 cm3

5

3

300

N3BR JAP RACING 250 cm3 3 4 100
N3R JAP RACING 350 cm3 4 4 1000
N3AR JAP RACING 500 cm3 5 4 300
N3A600 JAP Culbuté 600 cm3 6 3/4 300

 

 Daté de 1935 :  projets de silencieux - Archives © DB

 

N3BR exposition Motocyclettiste - Archives © FMD

 

1934 - 1935 : Le palmarès

1934 : Course de Côte de Saint-Julien de Ratz, c’est la catastrophe, Marcel Guiguet est victime d’une sortie de route. On le relèvera avec de nombreuses blessures et des contusions multiples : dents cassées, fracture au poignet droit, fracture du crâne, nécessitant une longue hospitalisation et une longue convalescence. Cet accident sonnera la fin de la carrière sportive de Marguit qui ne participera plus qu'à de rares épreuves.

1935  :  Circuit de l’Isère, vainqueur Marguit en  catégorie 250 cm3, sans aucun point de pénalisation.

 

 

 

Prochainement: Marcel Guiguet a 34 ans et observe l'évolution de la motocyclette en France en 1935.