CHAPITRE XI - 1930 - L’EVOLUTION DES MODELES.

Les tarifs des modèles N3 et N3A sont revus à la baisse, la N3 passe de 7350 frs à 6350 frs, une chute d'environ 14 % et la N3A passe de 7950 frs à 7350 frs, soit une baisse d'environ 8 %. Comment justifier une telle diminution des tarifs ?

Le 29 octobre 1929 le crash de Wall Street frappe les Etats Unis d’Amérique.

L' Europe en subit les conséquences. Les prix flambent. Le marché français du luxe s'effondre. Le créneau choisit par Marcel Guiguet est touché, il décide donc de diminuer les prix. Il en va de la survie de la M.G.C. Les difficultés financières, et techniques aggravent la situation de la S.A.R.L. M.G.C. Malgré le marasme, Marcel Guiguet élargit sa gamme !

Quelques ruptures de la partie arrière basse du réservoir, (sous la selle) contraignent Marcel Guiguet à  renforcer la rigidité de l’ensemble. La partie cycle reçoit deux nouveaux haubans verticaux à l’aplomb des ressorts de selle.

Ces deux nouveaux haubans reçoivent deux cintrages sur la partie inférieure, et restent nervurés, comme les cinq autres, afin de concentrer l ‘effort mécanique sur les points centraux. Cette solution, permet à Marcel Guiguet de continuer à vendre son réservoir poutre sans avoir à le modifier.  C’est à cette période qu’il réfléchit à un nouveau concept du châssis poutre.

L’idée des haubans, permet au mécanicien de désolidariser en un temps record l’ensemble de la machine. On peut aisément imaginer, l’interchangeabilité de ces éléments. Les haubans cintrés renforcent la cohérence de la partie cycle.

N3A équipée de haubans latéraux courbes permettent une rigidité accrue de la partie cycle.

Note personnelle : « Une fabrication de haubans en matériaux composite, permettrait aisément d’alléger une M.G.C d’environ 10 kilogrammes. Mais quelles inventions, quelles conceptions, quelles idées folles Marcel Guiguet aurait-il put réaliser avec les techniques actuelles ? ».

N3A première génération dite "écrémeuse".

1930 : Le catalogue de la S.A.R.L. M.G.C

La production en 1930 s'enrichie de trois nouveaux modèles.

Type

Moteur

Cyl

Cv

Nb de Vit

N° de série

N3 (1929)

J.A.P Culbuté

350 cm3

4

3

1000

N3A (1929)

J.A.P Culbuté

500 cm3

5

3

300

N3A’ (1930)

J.A.P Culbuté

500 cm3

5

3

300

N3B (1930)

J.A.P Culbuté

250 cm3

3

3

100

N3C (1930)

CHAISE

350 cm3

4

3

500

Suite à la victoire au grand circuit d’Auvergne, la N3A sport devient le type « circuit d’Auvergne 1930 ».

Un nouveau modèle fait son apparition : la N3A’  {prime}, type « grand sport », machine plus légère et plus performante réservée à l’élite. Ce modèle apparaît bien au catalogue 1930, mais aucun modèle connu à ce jour.

Marcel Guiguet conçoit le type N3B grand châssis qui porte la série 100. Modèle  qui ne manque pas d'intérêts techniques. La solution étant de mettre en place un moteur de 250 cm3 dans un grand châssis. Des platines réductrices, font le lien  entre les carters du  moteur et les points d'ancrage du grand châssis.

C’est également la naissance de la N3C, modèle résolument  économique, qui lui porte la série 500, la partie cycle est tubulaire.

Courte vie pour les réservoirs première génération, la production s’achève !

 

1930 : Le palmarès

Course de Côte de SAINT-JULIEN DE RATZ, vainqueur Vincent catégorie 500 cm3 sport.

Course de Côte de SAINT MARCELIN, vainqueur Vincent catégorie 500 cm3 sport.

Championnat international à CLERMONT-FERRAND (14 juillet) sur piste de 500 mètres, vainqueur et record battu par Gimel dans le kilomètre lancé (123, 288 km/h) et vainqueur Vincent pour les 5 km (116, 800 km/h) et 10 km (114, 650 km/h).

Course de Côte de SOUCLIN (27 juillet), vainqueur et record battu par Marguit en 350 cm3 et 600 cm3 side-car.

GRAND CIRCUIT D’AUVERGNE (7 septembre), vainqueurs ex-æquo Gimel et Morel (médaille d’or), troisième Vincent, quatrième Marguit en 500 cm3. M.G.C. remporte le Challenge des constructeurs.

Archives © DB

 

 

Prochainement: Marcel Guiguet a vingt neuf ans et observe l'évolution de la motocyclette en France en 1930.