Utilisez la cigogne pour naviguer !

- L E   P R O J E T   D E   R E C O N S T R U C T I O N -

Nous devions rencontrer Marcel Guiguet pour lui poser la question.

Et  quelle question !!!

Pour cela, nous avons prit place à bord d’une machine à remonter le temps. D’un premier abord elle a des airs d’un vaisseau de l’espace. A regarder de plus prés, elle paraît relativement archaïque voire carrément ancestrale. Rapidement nous en faisons le tour et tombons d’un commun accord sur le fait que pour notre voyage spatio temporel, la vieille dame devrait nous convenir…sous condition d’un graissage vital, un petit pot de graisse est à notre disposition. Hop, hop un peu par ci, un peu par là !

L'atterrissage fut sec mais précis. Pile poil devant la porte de l'atelier. Cette machine spatiale, spéciale est de conception très ancienne (on peut lire sur la plaque en cuivre d’identification : N.T.C de type CM/CL(New Travel Cie père et fils depuis 1602, ) mais à en croire les personnes qui nous ont permit de l’utiliser, toute à fait fiable et surtout confortable.

 Photographie © Catherine Picard

 

Photographie © Catherine Picard

Marcel Guiguet nous attendait patiemment dans un coin de l'atelier, tout prés de la fraiseuse américaine de Milwaukee. 

"Marcel ? et ho !!! Marcel !! (un peu dur d'oreille, quoi de  plus normal à cent onze ans). Nous sommes venus vous demander la permission de faire renaitre la motocyclette de l'élite ?"

Marcel Guiguet : "La motocyclette de l'élite, est née en 1927. La dernière commercialisée est une    N 3 C n° 534, vendue en 1943. Naturellement, toute M.G.C construite après 1943 ne seront pas des M.G.C. Exception faite pour les quelques machines réassemblées à partir des stocks d'usine. Si la promotion de mes créations doit être faite par l'intermédiaire de ces "reconstructions"  Alors pourquoi pas ? Maintenant je suis fatigué, veuillez disposer"

"Pas commode le bougre"

 

A gauche, le portail de l'atelier de mécanique ou Marcel Guiguet effectue une partie de son apprentissage.

  

Certains en parlaient depuis de nombreuses années, d'autres l'on fait. La première pièce a être reconstruite est le réservoir (pas des moindres). Certainement l'une des pièces les plus complexe avec les chassis... Bien évidement, les nouvelles technologies numériques sont responsables de cette renaissance. Après la reconstruction des Majestic, celle des M.G.C ??? Marcel nous l'a bien dit, d'accord pour les copies sous conditions d'authentification.

A droite, le nouveau réservoir version 2012. Il ne manque plus que l'usinage.

 Archives Raymond Schneider

Les moules à sable

Assemblage d'une multitude de pièces afin d'obtenir une coulée parfaite. Raymond nous précise qu'il faut environ cinq jours de travail à trois personnes pour réaliser un réservoir.

 Archives Raymond Schneider

 Archives Raymond Schneider

Quatre vingt ans séparent les deux pièces, juste le temps d'inventer l'ordinateur !!! pas plus, pas moins.

L'alpax 13 presque identique  à celui de l'époque est utilisé pour la fabrication de la nouvelle génération.

Huit moules de quatre éléments chacun soit trente huit boites à noyaux seront nécessaires, avant d'atteindre l'aboutissement d'un projet hors du commun. 

A droite : il s'agit de l'empreinte intérieur du réservoir. Lui seul permet la réalisation du moule final.

 Archives Raymond Schneider

 

Combien d'heures de travail, de recherche, de réflexion, Il ne manque plus que le chassis, les haubans, les carters, les roues, un moteur, une boite, j'en passe et des meilleurs !!!!!! Comment ne pas rester sans voix devant ce que l'on pourrait considérer comme l'image d'une des plus belle motocyclette au monde ?

Raymond Schneider : le deuxième père des M.G.C est-il fou ? Après s'être attelé à la reconstruction des Majestic, celle des M.G.C est en cours.

Je comptais terminer à propos des copies et du traditionnel laïus sur les reconstructions. Mais nous avons à faire  à   Raymond Schneider, Raymond la science qui n'a plus rien à prouver si ce n'est à lui même.

Ces reconstructions auront pignons sur rues, et seront les bienvenues lors des rassemblements M.G.C. Elles permettront de faire couler la salive et ainsi nous donnera l'occasion d'étancher notre soif en bourgogne par exemple ...

Marcel Guiguet curieux de tout, aurait apprécié le travail hors classe, de Raymond Schneider homme d'élite.

Dernière info du jour, Raymond aurait débuté l'usinage des premiers modèles de réservoir.

A vos commandes !!!

 Archives Raymond Schneider

 Archives Raymond Schneider

Il tire plus vite que sa fraiseuse l'ami Raymond Schneider. Il nous prépare une bonne dizaine d'unités.

Apres le très lourd labeur de la fonderie, l'usinage promet quelques belle séances de copeaux...

Un montage spécifique sur le banc de la fraiseuse est nécessaire afin de mener à terme la préparation finale du réservoir.

 Archives Raymond Schneider

 

 Archives Raymond Schneider

Le rêve devient réalité !!!

 On peut facilement imaginer les nombreuses difficultés qui attendent les techniciens.

Quelques exemplaires repartirons à la fonderie suite à des soucis de moulage. On pense alors à Marcel Guiguet qui en 1927 réalise le même projet.

 Archives Raymond Schneider

 

Mais Monsieur Raymond ne fait pas les choses en moitié, et reproduit également les rarissimes fourches Brampton sport. A l'aide des sept haubans en acier fraisé qui sont également à votre disposition, vous pourrez assembler la motocyclette de vos rêves :

"la motocyclette de l'élite"

 Archives Raymond Schneider

Dans la foulée, il va réaliser les petits châssis grandes oreilles qui accueillent les 350 cm3 ainsi que quelques grands châssis spécifiques aux 500 et 600 cm3.

Un ensemble de dix à quinze "kits de montage" seront bientôt disponibles prêts à être assemblés.

Schéma en 3 D du chassis grandes oreilles - Archives Raymond Schneider

 Archives Raymond Schneider

A gauche, une petite partie du moule qui va permettre la fabrication de la partie avant du petit châssis grandes oreilles (350cm3).

A droite, Raymond cherche de la place pour stocker les boites à noyaux ...

Ci dessous, première version du chassis grandes oreilles. La chose parait surprenante !!! A la hauteur de ce que réalise Raymond.

 Archives Raymond Schneider

 Archives Raymond Schneider

 Archives Raymond Schneider

Après les réservoirs, Raymond vient de lancer la fabrication des petits châssis grandes oreilles. Ces derniers permettront la construction des 350 cm3.

 Archives Raymond Schneider

 

 Archives Raymond Schneider

Prototype du petit châssis grande oreilles avant de passer à l'atelier de fraisage.

 Archives Raymond Schneider

 

 Archives Raymond Schneider

Désormais, l'une ne va pas sans l'autre, je ne pas évoquer les constructions des M.G.C sans aborder celle des Majestic. Un projet aussi fou que celui des M.G.C.

Raymond peut vous l'assembler à votre guise, dans la motorisation et dans la couleur de votre choix.

 Archives Raymond Schneider

 Donnez à Raymond une pourriture de moyeu de Majestic, il vous le clone façon qualité "High Tech" en deux temps trois mouvements !!!

 Archives Raymond Schneider

 Archives Raymond Schneider

 Archives Raymond Schneider

 

 Photographie © FMD

La finalité du projet laisse rêveur, un attelage de très haut de gamme qui permettra à son propriétaire de belles balades ...

 

Qui aurait cru qu'une telle construction puisse un jour voir le jour ? seul Raymond Schneider pouvait le faire avec autant de classe.

 

 Photographie © FMD

 

 Photographie © FMD

Impressionnante vue d'avion, un ensemble homogène des années "art déco" période de prédilection de Raymond Schneider.

Incroyable complexité du moyeu avant de la Majestic, asservi par un jeu de biellettes de transmission.

Comme chacun sait, la Majestic est équipée d'un système de colonne de direction déportée. 

 

Pour plus d'informations sur les M.G.C et les Majestic, vous pouvez contacter 

Raymond Schneider à l'adresse suivante :

Par mail : gnome750x@yahoo.fr

 Archives Raymond Schneider